Vidome

Association Vidome – Une maternité pour Kokoro

Des accouchements à la lueur d’une bougie

| Un commentaire

Au Bénin, comme dans de nombreux pays d’Afrique, les dispensaires de plusieurs villages risquent de fermer. Parce que les locaux et les équipements médicaux ne répondent plus. Le diagnostic est alarmant : insuffisance de personnel médical, vétusté des locaux, manque de moyens de transports, d’adduction en eau potable, en électricité et le téléphone. Et la liste n’est pas exhaustive! Certains centres sont dans le dénuement total.

Le personnel est nettement insuffisant et les infirmiers sont souvent bénévoles. Mais le plus gros handicap reste le manque d’équipement. Le matériel de travail date d’une autre époque. Les quelques rares moyens de déplacement et d’évacuation sont en panne depuis des lustres. Le comble, c’est le manque d’électricité et d’eau.

Quelles conditions d’hygiène réclamer à des infirmiers qui font des accouchements à la lumière d’une lampe-tempête, d’une torche ou d’une bougie et sans eau ? Et pourtant, c’est le lot quotidien de ces « docteurs de brousse ».

« Il faut sauver des vies humaines, malgré tout. C’est la devise. C’est le serment », déclarent-ils.

Il faut donc un minimum d’équipement de base, des appareils pour stériliser le maigre matériel disponible. Un réfrigérateur destiné à conserver les vaccins. C’est pourquoi les infirmiers et gestionnaires desdits dispensaires lancent un appel aux gouvernements afin qu’ils les dotent en matériel de travail, en personnel, en eau, en téléphone et en électricité.

Cependant, il est primordial de renforcer la bonne gestion des services de santé en incitant davantage la participation des communautés à l’effort de santé publique. On assiste de plus en plus au transfert de compétences du secteur de la santé aux collectivités locales en s’appuyant sur les comités de gestion pour gérer les structures sanitaires. Seulement, ces derniers, dans leur fonctionnement, soufrent de beaucoup d’insuffisances imputables à l’absence de concertation, de démocratie dans la gestion des fonds, de diversité des intérêts des acteurs mais surtout de la faible connaissance des textes.

La résolution de ces manquements passe par une bonne compréhension de la mission, des rôles et des responsabilités de chaque acteur du comité. Pour une meilleure prise en charge des structures sanitaires, les membres doivent s’imprégner de leur rôle et responsabilité, de la différence entre le comité de gestion et le comité de santé, des outils de gestion et du règlement intérieur. Comme l’explique l’administrateur du projet Disc, il faut mettre à la disposition des comités, des outils de gestion tels que: le plan d’action annuel, le plan d’action trimestriel, le budget, un tableau de suivi évaluation et le procès verbal de réunion. Des outils dont l’utilisation correcte devrait servir à améliorer une bonne gestion des structures de santé. Cela devrait surtout rendre opérationnels les comités de gestion.

L’association Vidome se basera sur les objectifs du projet Disc afin que le projet de construction de la maternité de Kokoro soit une réussite et que le comité de gestion crée soit efficace.

Un Commentaire

  1. salut basile
    je suis journaliste dans un quotidien de la place et si tu veux bien je peux vous aider a passer vos infos à cotonou. il suffira de me contacter et de me faire parveni les infos

Laisser un commentaire