Vidome

Association Vidome – Une maternité pour Kokoro

5 millions de victimes dues aux promesses non tenues du G8

| 0 Commentaires

Le volume d’aide n’atteint que 40% des objectifs annoncés

Enfant africain jouant contre un mur de terre rouge (c)More AltitudeUn nouveau rapport d’Oxfam publié le 10 mai 2007 démontre qu’au rythme actuel, les pays du G8 ne tiendront pas leurs promesses d’augmenter leur aide au développement d’ici 2010, le manque à gagner atteignant la somme de 30 milliards de dollars. Une telle situation coûterait la vie à au moins 5 millions de personnes, dont une majorité d’enfants.

En effet, partant des dernières données de l’Organisation Mondiale de la Santé et d’ONUSIDA, Oxfam a calculé que les 30 milliards de dollars de manque à gagner permettraient de fournir des soins de santé vitaux pour les enfants, les mères et tous ceux atteints par le VIH et le SIDA, sauvant ainsi 5 millions de vies en 2010 et inversant la propagation de l’épidémie.

Rapport « Le monde attend toujours »

Le rapport, intitulé « Le monde attend toujours », sort un mois avant le sommet du G8 qui se tiendra en Allemagne. Ce document analyse le fait que les pays les plus riches du monde ne tiendront pas les promesses – faites au sommet de Gleneagles en 2005 – de consacrer 50 milliards de dollars par an à l’aide au développement. D’après les prévisions, les pays riches sont encore bien loin de leurs promesses, avec un manque à gagner de 8,1 milliards de dollars pour l’Italie, 7,6 milliards pour la France et 7 milliards pour l’Allemagne.

Logo Oxfam International« Cette situation est échec déplorable qui pourrait coûter la vie à des millions d’hommes, femmes et enfants. Les promesses ne représentent pas qu’une série de chiffres froids sur un bilan comptable. Ils ont un impact sur la vie et la mort de personnes faites de chair et de sang – les 50.000 qui meurent chaque année de maladies pourtant évitables ou les 80 millions d’enfants qui n’iront jamais à l’école[1]«  déclare Max Lawson d’Oxfam.

Les membres du G8 doivent passer à l’action

« Le G8 doit prouver que les promesses faites n’étaient pas qu’une simple voeu pieux, et annoncer quand et comment ils comptent augmenter leur volume d’aide. Il n’y a pas d’excuse possible. Le coût de l’inaction est bien trop élevé », poursuit Lawson.

Photo de classe en Afrique (c)emmy163Malgré les promesses faites en 2005, les chiffres publiés par l’OCDE en avril montrent que l’aide a – pour la première fois depuis 1997 – baissé en 2006. Ceci est particulièrement frappant pour l’Italie, les Etats-Unis, le Japon et le Canada. Forte de 103 milliards de dollars, l’aide au développement ne représente toujours que 10% des dépenses mondiales en armement – ou 25% de ce que les Etats-Unis ont dépensé pour la guerre en Irak. Le volume d’aide équivaut à l’apport de 1,70 dollars hebdomadaire par habitant des pays riches.

« Ceci est particulièrement embarrassant pour l’Allemagne, qui détient la présidence du sommet cette année. La Chancelière Merkel doit montrer l’exemple et remettre le G8 sur les rails afin que les Etats déboursent l’aide promise. Les 40 millions de personnes qui ont pris part, dans 36 pays, à la campagne mondiale contre la pauvreté de 2005 continueront à demander des comptes et à exiger des actes », déclare Lawson.

Pourtant l’aide au développement a fait ses preuves

Le rapport montre que l’aide au développement est un instrument qui fonctionne. Elle a par exemple aidé le gouvernement tanzanien à rendre l’école primaire gratuite, permettant à 3,5 millions d’enfants supplémentaires d’aller à l’école. L’aide a également permis de réduire d’un tiers le nombre de d’enfants tanzaniens mourant dans leur première année.

Notes

[1] Durant les deux dernières années, 21 millions d’enfants – soit l’équivalent de l’ensemble des enfants de moins de 5 ans vivant en Allemagne, en France, au Canada, au Japon et en Grande-Bretagne – sont morts de maladies pourtant évitables. Sur la même période, un million de femmes sont décédées lors de leur grossesse ou de leur accouchement à cause du manque de soins. Soit l’équivalent de toutes les femmes ayant donné la vie en Allemagne et au Canada l’an passé.

Laisser un commentaire