Vidome

Association Vidome – Une maternité pour Kokoro

Paludisme en Afrique

| Un commentaire

Le paludisme en Afrique de l'OuestToutes les trente secondes, le paludisme tue un enfant. Chaque année, 300 millions de personnes sont infectées, dont 90% en Afrique. Le paludisme est une maladie parasitaire potentiellement mortelle transmise par des moustiques.

Elle fait aussi sérieusement obstacle au développement économique et social. En Afrique aujourd’hui, on sait que le paludisme est à la fois une maladie de la pauvreté et une cause de pauvreté. La croissance économique des pays de forte transmission a toujours été inférieure à celle des pays sans paludisme. On estime à plus de 12 milliards la perte annuelle de PIB due au paludisme en Afrique, alors qu’une fraction de cette somme suffirait à le maîtriser. Cela représente aussi 40% du budget annuel de la santé.

Contre ce fléau, des traitements nouveaux et efficaces existent, des fonds ont été mobilisés et un mécanisme de financement international a été créé en 2001 après des décennies d’abandon (le Fonds Mondial (FM) chargé de financer la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme). Mais les malades, dont 1 million à 3 millions meurent chaque année (au moins 3000 morts par jour!!!) dans les villages africains, continuent de se voir proposer des médicaments obsolètes et inefficaces, voire contrefaits et nocifs.

Plus de 1 400 chercheurs, responsables politiques et d’Organisations Non Gouvernementales ont tenté de dénouer ce tragique paradoxe, du 14 au 19 novembre, à Yaoundé au Cameroun, lors de deux forums (4ème conférence de Multilateral Initiative Malaria et le 5ème forum de l’initiative Roll Back Malaria) qui ont confronté les aspects scientifiques puis politiques de la lutte contre l’endémie.

Fondé en 1998 autour de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le partenariat Roll Back Malaria (RBM, « Faire reculer le paludisme ») s’est ouvert aux ONG mondiales dans le but de mobiliser un soutien aux initiatives locales et d’assurer une approche coordonnée visant à renforcer les systèmes de santé publics et privés. Le but est de « réduire de 50% la mortalité et la morbidité liées au paludisme d’ici 2010 ».

Les grands groupes pharmaceutiques commencent seulement à s’investir dans cette lutte. Le 19 novembre dernier, GlaxoSmithKline a décidé de verser une subvention de 1,5 million de dollars US au Malaria Consortium pour luter contre le paludisme.

Plus d’info sur le paludisme en Afrique:

[Sources: Le monde, allAfrica]

Un Commentaire

  1. expérience de 35 ans avec le palu cette maladie qui n’est pas seulement pour les pauvres m étonne toujours

Laisser un commentaire