Vidome

Association Vidome – Une maternité pour Kokoro

Semaine du baccalauréat au Bénin

| Un commentaire

Lundi matin 8 Août a eu lieu au lancement des épreuves du baccalauréat 2005. Ces examens de fin d’année concernent 40193 candidats.

Le ministre des Enseignements primaire et secondaire Rafiatou KARIMOU, et celui de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Osséni Kèmoko BAGNAN, se sont rendus dans différents lycées pour encourager les candidats et les « inviter à la sérénité et à la concentration ».

Quelques anomalies ont cependant été relevées. A Porto-Novo, l’épreuve de mathématiques prévue pour mercredi, a été distribuée par mégarde aux candidats avant d’être rattrapée et retirée du circuit, avec la promesse qu’elle sera remplacée. Autre anomalie, le sujet de contraction de texte, sur l’épreuve de français, était incomplet, et ce sur toutes les épreuves distribuées dans le pays.

Rappelons qu’il y a quelques semaines, les locaux de l’Office du baccalauréat et du BTS avaient subi un incendie qui a tout détruit sur son passage.

On espère que ces anomalies ne seront pas de nature à faire annuler l’examen et on souhaite bon courage à tous les lycéens du Bénin.

Un Commentaire

  1. Lu dans le bi-hebdomadaire la Montagne:

    Il étaient 370 candidats venus principalement du collège d’enseignement général(Ceg1) de Kandi, et de celui de Banikoara à s’inscrire dans l’Alibori pour postuler à ce premier diplôme universitaire. Cependant 347 candidats dont 304 garçons et 43 filles ont répondu présent à l’appel ce lundi 8 août 2005 au centre de composition. Ainsi 23 candidats étaient donc absents.
    Après les formalités d’usage de lancement officiel auquel ont pris part le secrétaire général de la mairie représentant le maire empêché, le recteur de université de Parakou, le chef centre, le président de la coordination des association des parents d’élèves, la première épreuve qui est le français a été lancée.

    Aussitôt ce coup d’envoi donné, la première difficulté est apparue aux organisateurs et aux candidats en l’occurrence l’insuffisance d’épreuves. Les plis apportés à ce centre ne contenaient pas suffisamment d’épreuves qu’il faut pour les candidats répartis dans les 12 salles de composition prévues. Mais très tôt les responsables du centre ont dû prendre leurs dispositions en mettant une photocopieuse à contribution afin de parvenir à satisfaire tous les candidats. Il a fallu alors plus de 30 minutes avant le retour à la normale. Mais déjà au niveau des candidats c’était une grande inquiétude. A mesure que l’attente durait le moral des candidats était progressivement entamé selon les témoignages des intéressés à la fin de l’épreuve de la matinée de ce lundi.

    Quelques jours auparavant un autre problème s’est posé et concernait les erreurs sur les convocations des candidats. En effet, depuis 5 ans que le centre de Kandi a été créé, c’est cette année seulement que des candidats ont vu leur convocation porter Parakou comme lieu de composition. Il a fallu qu’ils soient informés deux jours voire quelques heures pour certains pour qu’ils sachent qu’ils doivent composer à Kandi. Ce problème serait à l’origine de certaines absences enregistrées le premier jour de la composition.

    Certaines irrégularités ont été également remarquées au niveau de l’épreuve de français par exemple sur la contraction de texte il manque la partie discussion. Il a fallu appeler la direction de l’office du bac pour apporter ce complément.

Laisser un commentaire