Vidome

Association Vidome – Une maternité pour Kokoro

6 millions de dollars pour la gestion des forêts béninoises

| 2 commentaires

La Banque Mondiale lance un programme « Pour la promotion d’une gestion économique et sociale viable des ressources forestières et terroirs riverains par les communautés béninoises ». 6 millions de dollars seront affectés au projet.

16 forêts sont concernés, dont probablement la forêt de Toui-Kilibo, gérée par Nazaire, notre ami de Kokoro qui a pu nous y guider.

L’été 2004, lors des premières mission Vidome, nous avions pu constater que les financements annoncés par la Banque Mondiale atteignaient difficilement Kokoro. Nous espérons de tout coeur que l’argent de la Banque Mondiale sera utilisé utilement. A suivre…

WASHINGTON, le 29 Juin, 2006 – Communiqué No. 2006/505/AFR de la Banque Mondiale

Les Administrateurs de la Banque mondiale ont approuvé un projet pour la promotion d’une gestion économique et sociale viable des ressources forestières et terroirs riverains par les communautés béninoises.

Le programme de gestion des ressources forestières et terroirs adjacents sera financé par un don de 6 millions de dollars EU du Fonds pour l’environnement mondial, qui a été entériné par son Conseil le 8 Mai 2006.

Le projet en question assistera le Bénin dans ses efforts pour lever les obstacles à la gestion intégrée des écosystèmes forestiers et terroirs riverains. Ainsi, le projet permettra d’influencer de façon stratégique les tendances en matière de gestion des écosystèmes et vise à renforcer la capacité institutionnelle de l’administration forestière aussi bien que celle des autres parties prenantes. Le projet aidera aussi á promouvoir la participation des organisations communautaires de base á la gestion des ressources forestières et terroirs riverains, et permettra la pérennisation de la contribution des ressources forestières au bien-être des populations locales.

« Le projet devrait intervenir dans 16 forêts à l’échelle nationale, de tailles différentes, et avec des caractéristiques socio-culturelles, économiques et environnementales variées. Il s’agit de 14 forêts naturelles classées, et 2 forêts du domaine protégé situées dans des zones sensibles de production de bois de chauffage », a déclaré Clotilde Ngomba, la responsable du projet à la Banque mondiale.

Mme Ngomba a également ajouté que « le Gouvernement a reconnu l’importance environnementale et économique des forêts classées et du domaine protégé au Bénin, ainsi que leur potentiel dans la réduction de la pauvreté ; on espère que la gestion rationnelle des ressources naturelles va inverser la dégradation des forêts dont dépendent les populations rurales pour leur subsistance. »

Le programme de Gestion des ressources forestières et terroirs adjacents s’articule autour des composantes suivantes :

  • La composante Appui institutionnel et le renforcement des capacités : vise à renforcer la capacité technique de l’administration forestière, et d’autres participants impliqués dans la gestion forestière. Il comportera l’adoption et la mise en œuvre d’une nouvelle organisation structurelle de l’administration forestière au niveau central, départemental et local, et ceci comprendra la mise en place et l’opérationnalisation d’une unité de planification, de suivi-évaluation, fournissant á toutes les parties prenantes, des informations et des outils nécessaires á la gestion et á la prise de décisions.
  • La composante Gestion participative des ressources forestières vise à optimiser les services écologiques, sociaux et économiques á partir de l’écosystème. Elle appuiera également la promotion de techniques agricoles améliorées dans les terroirs riverains, en collaboration avec les centres régionaux pour la promotion agricole (CeRPAs).
  • La composante Production et commercialisation durable du bois de chauffe pilotera une approche destinée á promouvoir l’utilisation du bois de chauffe provenant des forêts gérées de façon durable. Ceci impliquera l’élaboration des schémas d’approvisionnement de bois de chauffe pour le nord et le sud du pays.

Le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) offre un mécanisme permettant de fournir, à titre gracieux ou à des conditions libérales, des moyens de financement nouveaux et supplémentaires destinés à couvrir les coûts additionnels générés par des mesures visant à améliorer la protection de l’environnement mondial dans six domaines d’intervention : les changements climatiques, la diversité biologique, les eaux internationales, l’appauvrissement de la couche d’ozone, la dégradation des sols et les polluants organiques persistants.

Le Groupe de la Banque mondiale est une des agences d’exécution du FEM et fournit un appui aux pays aux fins de la préparation de projets cofinancés par le Fonds, dont il supervise l’exécution. Il a pour rôle principal de veiller à la formulation et à la gestion de projets d’investissement. La Banque s’appuie sur l’expérience qu’elle a acquise dans le cadre de ses opérations dans les pays éligibles pour promouvoir des investissements et mobiliser des ressources auprès du secteur privé, d’entités bilatérales, multilatérales et publiques et du secteur non gouvernemental au titre d’interventions s’inscrivant dans le droit-fil des objectifs qui FEM et des stratégies nationales de développement durable. Depuis 1991, le Groupe de la Banque mondiale a engagé des ressources du FEM à hauteur de 1 972 milliards de dollars et des cofinancements de projets du FEM par les institutions du Groupe à hauteur de 3 037 milliards de dollars dans 80 pays. Il a aussi mobilisé, outre les ressources du FEM et de la Banque, des cofinancements d’un montant global de 6 952 milliards de dollars auprès d’autres bailleurs de fonds.

Communiqué sur le site de la Banque Mondiale

2 Commentaires

  1. Ce sera bien utile si cela arrive à Kokoro. Car quand nous y étions (Juillet 2005) des hommes du village avaient travaillé dans la forêt pour son entretient et plus de quatre mois après les salaires ne leur avaient pas été versés !

  2. oui j’éspère que ça fonctionnera comme il faut… ils ont besoin d’aide.

Laisser un commentaire