Deux sage-femmes reviennent de Kokoro

Audrey et Claire sont élèves sage-femmes à l’école Jeanne Sentubery et sont parties cet été à Kokoro, où Vidome termine d’installer la maternité de Kokoro. Leur mission était primordiale pour Vidome: il s’agissait de vérifier le bâtiment de la maternité, le matériel commandé auprès des artisans de Kokoro et de l’installer. Pour un bon aperçu des modes d’accouchements variés au Bénin, leur mission comportait un séjour à l’hôpital de Ouessé, la commune dont dépend Kokoro, et à Cotonou, au Centre National Hospitalier Universitaire.

Audrey et Claire, étudiantes sages-femmes en mission à Kokoro

Elles racontent…

Audrey et Claire sont élèves sage-femmes à l’école Jeanne Sentubery et sont parties cet été à Kokoro, où Vidome termine d’installer la maternité de Kokoro. Leur mission était primordiale pour Vidome: il s’agissait de vérifier le bâtiment de la maternité, le matériel commandé auprès des artisans de Kokoro et de l’installer. Pour un bon aperçu des modes d’accouchements variés au Bénin, leur mission comportait un séjour à l’hôpital de Ouessé, la commune dont dépend Kokoro, et à Cotonou, au Centre National Hospitalier Universitaire.

Audrey et Claire, étudiantes sages-femmes en mission à Kokoro

Elles racontent…

Nous voilà de retour après 5 semaines passées au Bénin, la tête pleine de souvenirs…

Le matin, nous allions au dispensaire tant que la maternité n’était pas finie, pour les consultations prénatales ; et généralement nous réservions l’après-midi pour des ateliers avec le personnel du dispensaire et de la maternité : anatomie, physiologie comme par exemple l’origine des menstruations, cas cliniques où nous jouions les patientes pour travailler le déroulement des consultations ainsi que la prise en charge des patientes etc. Emmanuel l’infirmier nous avait demandé à ce qu’on leur apprenne « une chose par jour » !

Salle d'accouchement de Kokoro équipéeAu milieu de notre séjour, nous avons pu faire une réunion de chantier pour la livraison provisoire du bâtiment (et pour vérifier l’avancement des travaux annexes : latrines, douches, citerne) et une semaine avant notre retour, la maternité était enfin terminée et nettoyée ; nous avons donc pu y installer le mobilier ainsi que le matériel commandé au Bénin, livré de France et celui que nous avions apporté. Par la suite, les consultations prénatales se sont déroulées dans la maternité flambant neuve où nous avons continué à travailler avec Pauline la matrone et Rosalie l’aide-soignante ; laissant les hommes (Emmanuel l’infirmier et Cyriaque l’aide-soignant) au dispensaire !

La maternité dispose donc d’une salle de consultation, d’une salle de travail dans laquelle nous avons installé 2 lits séparés par un paravent, d’une salle d’accouchement, d’une salle d’hospitalisation comprenant 3 lits ainsi que d’une chambre de garde avec douche pour la sage-femme qui sera bientôt nommée pour Kokoro. Nous avons pu faire visiter la maternité aux femmes du village, afin de les inciter à faire suivre leurs grossesses et à accoucher à la maternité plutôt que chez elle ; et à cette occasion nous avons effectué une réunion de sensibilisation sur le paludisme, les règles et la contraception.

Le 14 août, un premier bébé est né dans la maternité : un petit garçon prénommé Matthieu et pesant 2,5kg !

Salle de consultation de la maternité de Kokoro équipéeNous avons également visité l’hôpital de zone à Ouessé, afin d’identifier les moyens de transfert des patientes de Kokoro présentant des pathologies tant pendant la grossesse que durant l’accouchement, Ouessé disposant d’un bloc opératoire, d’un laboratoire ainsi que d’un médecin. Et à notre retour à Cotonou, nous avons pu nous entretenir avec Laurence Monteiro, la présidente de l’association des sages-femmes du Bénin, pour lui signifier que la maternité était ouverte à Kokoro et que la sage-femme y était attendue de pied ferme, ainsi que pour visiter la maternité du CNHU.

Nous n’avons bien entendu pas oublié de faire des visites, d’abord juste toutes les 2, guidées par Edwige et Narcisse, puis avec l’équipe des bénévoles enseignants du mois d’août.

Claire et Audrey

Mission humanitaire étudiante sage-femme au Bénin

Mission humanitaire étudiante sage-femme au Bénin (Afrique de l'Ouest)

Le batiment de la maternité est terminé !

Déjà une file d'attente pour les consultations de la nouvelle maternité

13 réflexions sur « Deux sage-femmes reviennent de Kokoro »

  1. Kokoro me manque, j’espère que tout le monde va bien là-bas, je voulais savoir si notre courrier et nos cadeaux sont bien arrivés et s’il y a du courrier en retour? Merci de me tenir au courant… biz

  2. merci les filles pour ce beau geste humanitaire c’est un bon exemple pour tous ceux qui ont la possibilité et qui hésite encore à le faire
    merci à vous

  3. Claire et Nadine, vos lettres et cadeaux sont bien arrivées à Kokoro, tout le monde était ravi et on nous a beaucoup parlé de vous ! Nous avons également du courier pour vous; pour tout ceux de Lafi Bala on vous les a envoyées directement chez vous; pour Nadine nous avons également du courrier pour toi ainsi que les lettres d’échanges des collègiens, nous allons t’envoyer tout ça.

  4. Bonjour,
    Je suis Eleve infirmier et j’aimerai savoir s’il est possible de faire partie d’une mission dans le cadre de mon stage de fin d’année.

    Dans l’attente

    Guillaume

  5. salut, j’ai vu le message d’audrey du 14septembre qui dit qu’elle nous a envoyé le courrier de kokoro, mais personne n’a encore rien reçu, ni à l’adresse de lafi bala ni à nos adresses perso… je suis impatiente alors si je peux entrer en contatc avec elle pour avoir plus d’info ça serait cool!!! bonne continuation!

  6. je suis une sage femme algerienne je vous félicite pour cette mission c’est vraie que notretravail est noble j’aimerais bien avoir cette chance ; ensemble pour la bonne cause

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.