100% de réussite au BEPC pour Kokoro!

Félicitation aux collégiens de Kokoro pour leurs excellents résultats aux épreuves du BEPC! du mois de juillet dernier! Chacun des 50 élèves présents ont été admis. Le CEG de Kokoro est le premier de la commune… pour ne pas dire de tout le pays! Bravo!

Félicitation aussi aux équipes 2004 et 2005 pour la qualité des cours dispensés au collège de Kokoro. Dorénavant, Raoul, Martial, Edwige, Narcisse et les autres vont rentrer en 2nd au lycée. Kokoro n’ayant pas de lycée, certain iront à Parakou, Cotonou, Abomey ou encore Porto-Novo pour poursuivre leurs études. Bonne continuation à eux…

BEPC au Bénin

De nombreuses lettres

Le retour des équipes marque aussi la fin des missions de cet été. Cette année encore, tout s’est bien passé. Les villageois sont ravis de l’aide apportée par les bénévoles et les collégiens ont bien profité des cours de soutien dispensés pendant les deux mois de l’été. Quelques cartons de matériel médical ont même été offerts au dispensaire du village pour palier au manque de fournitures de premiers soins. Les villageois ont beaucoup apprécié ce geste et sont heureux de voir que l’association soutient leur village.

Le projet maternité a aussi bien avancé car des réunions ont été organisées entre le comité de gestion de la maternité de Kokoro, la matrone, l’infirmier en chef et Ingrid, la sage-femme de l’équipe du mois de Juillet. Les engagements du village ont été bien clarifiés et le devis a été précisé pour être en adéquation avec les tarifs en cours actuellement au Bénin.

Nous avons reçu de nombreuses lettres des enfants et amis du village. Merci beaucoup à eux. Voilà une retranscription de la lettre du comité de gestion aux membres de l’association Vidome :

    Kokoro, le 27 juillet 2005

Chers amis, membres de l’Association Vidome,

Nous avons reçu votre lettre et nous en sommes très heureux. Ici, tout le monde se porte bien et nous croyons que c’est pareil chez vous. Nous voudrions vous dire que nous avons accueilli avec beaucoup de joie Ingrid, Antoine, Raphael et Lilas. C’est une équipe merveilleuse ayant les mêmes qualités que les deux premières : bonté, patience, respect de l’autre et nous en oublions.

Nous avons compris votre message en ce qui concerne la maternité et nous vous faisons entièrement confiance. Nous avons travaillé avec l’équipe du mois de juillet sur le dossier de financement et nous savons qu’elle vous fera le compte-rendu.

Les kokorois manquent de mots pour exprimer à l’Association Vidome sa reconnaissance pour tout ce qu’elle fait pour eux. La distance qui existe entre la France et Kokoro ne gène en rien l’attachement que nous avons les uns pour les autres. « Loin des yeux, près du cœur »

Le comité de gestion de la maternité et les villageois.

Jeunes béninois jouant sous la pluie

Les équipe sont bien rentrées

Les équipes sont rentrées en France. Ingrid et Antoine sont arrivés il y a 1 semaine et les 4 filles de l’équipe du mois d’Août sont arrivées ce matin.

Tout s’est bien passé pour les 8 bénévoles durant leur séjour à Kokoro. Les enfants vont très bien et le projet de la maternité fait beaucoup parler de lui au Bénin. Les cours de soutien scolaire et les animations avec les jeunes du village ont eu le même succès que l’année dernière.

Vous retrouverez bientôt ici, leurs témoignages…

Hausse des inégalités dans le monde

Si de nombreuses régions ont connu ces dernières années une croissance économique sans précédent et une amélioration des conditions de vie, les inégalités dans le monde, qui sont allées de pair avec la mondialisation, s’aggravent et de nombreux pays se trouvent empêtrés dans “une crise de l’inégalité”, indique un rapport de l’ONU.

Les inégalités dans le monde sont plus prononcées qu’il y a 10 ans. Les salaires réels minima baissent alors que les revenus les plus élevés augmentent fortement, constate le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU dans son “Rapport sur la situation sociale dans le monde en 2005 : la crise de l’inégalité” publié aujourd’hui à New York.

Si de nombreuses régions ont connu ces dernières années une croissance économique sans précédent et une amélioration des conditions de vie, les inégalités dans le monde, qui sont allées de pair avec la mondialisation, s’aggravent et de nombreux pays se trouvent empêtrés dans “une crise de l’inégalité”, indique un rapport de l’ONU.

Les inégalités dans le monde sont plus prononcées qu’il y a 10 ans. Les salaires réels minima baissent alors que les revenus les plus élevés augmentent fortement, constate le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU dans son “Rapport sur la situation sociale dans le monde en 2005 : la crise de l’inégalité” publié aujourd’hui à New York.

Continuer la lecture de « Hausse des inégalités dans le monde »

Tabous et pauvreté entravent le développement sanitaire

Les efforts déployés en Afrique pour sensibiliser aux questions d’hygiène et de systèmes sanitaires se heurtent à des tabous culturels, au manque d’intérêt des gouvernements et à la pauvreté, a estimé mardi une conférence internationale sur l’eau réunie à Stockholm durant laquelle les pays en voie de développement vont faire part de leurs idées pour apporter des solutions quant à la gestion de l’eau.

World Water Week 2005 L’absence de sanitaires a des conséquences désastreuses pour la propagation des maladies: environ 6000 enfants meurent chaque jour de diarrhées liées au manque d’hygiène, selon les statistiques internationales.

Contrairement à l’accès à l’eau propre, ces questions sont éludées car embarrassantes et deviennent “des sujets très tabous”, a souligné Roberto Lenton, président du Conseil Commun de l’Approvisionnement en Eau et Assainissement (WSSCC: Water Supply and Sanitation Collaborative Council), une organisation basée à Genève.

Selon Maria Mutagamba, ministre ougandaise de l’Eau, les toilettes sont perçues comme un thème qui ne concerne pas les autorités: “Les gens posent des questions sur leur approvisionnement en eau mais pas sur les toilettes dans la maison”.

“Alors que l’eau est la vie, les sanitaires sont la dignité”, souligne M. Lenton.

Mais le manque d’installations sanitaires peut aussi être synonyme de mort prématurée, met en garde WSSCC, estimant qu’il s’agit de la plus grande cause d’infections au monde.

“Les excréments tuent. Ils tuent par millions”, affirme l’organisation basée à Genève.

“Deux milliards et demi de personnes ne disposent pas d’un endroit propre offrant une certaine intimité pour déféquer et uriner”, selon les chiffres de WSSCC. “En lieu et place, ils utilisent les champs, les rivières, les lignes de chemins de fer, les bords de canal (…) ou des seaux répugnants à l’odeur fétide et des latrines non sanitaires”, poursuit l’organisation.

L’un des Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) fixés par l’ONU (éh oui! encore eux!) est de permettre d’ici 2015 à 1,75 milliard de personnes l’accès à des sanitaires privés, soit un effort de 95 000 installations/jour.

Selon Mamphono Khaketla, ministre des Ressources naturelles du Lesotho, la question de l’eau est traitée par les ministres de la santé, de l’environnement ou encore de l’agriculture, qui ne collaborent pas toujours.

Mme Khaketla a également déploré que l’hygiène ne soit pas suffisamment enseignée dans les écoles et que les populations rurales éprouvent tant de difficultés à accepter que l’eau propre mérite un paiement.

Mais, tabous et barrières culturelles ou pas, la pauvreté demeure la première raison du manque de développement des systèmes sanitaires en Afrique. “Si j’ai 20 litres d’eau propre, vais-je m’en servir pour cuisiner, pour laver ou pour aller aux toilettes?”, a interrogé Mme Khaketla. “Le choix est évident: cuisiner. Tant que nous en sommes là, la question des sanitaires sera laissée de côté”, a-t-elle estimé.

Les questions d’infrastructures, du climat, de l’agriculture ou encore de la pollution des eaux est au programme de la conférence organisée par l’Institut international de l’eau de Stockholm qui se déroule dans la capitale suédoise du 21 au 27 août 2005.

[Source: AFP, le 23 août 2005]
[Le site de la Semaine mondiale de l’eau à Stockholm]
[Le site de l’UNESCO sur l’eau]

Le Burkina se dote d’un modèle "Reduce/Alive "

“Reduce / Alive” est un outil de l’OMS pour sensibiliser les autorités des pays concernés par le manque de soins maternels et infantiles. Il permet de calculer les risques encourus si rien n’est fait: décès maternels et infantiles, mais aussi baisse de productivité d’un pays, etc… Un outil de projection dans le futur (2015) utile pour prendre conscience. Son utilisation vient d’être annoncée par le Burkina. A quand au Bénin?

“Reduce / Alive” est un outil de l’OMS pour sensibiliser les autorités des pays concernés par le manque de soins maternels et infantiles. Il permet de calculer les risques encourus si rien n’est fait: décès maternels et infantiles, mais aussi baisse de productivité d’un pays, etc… Un outil de projection dans le futur (2015) utile pour prendre conscience. Son utilisation vient d’être annoncée par le Burkina. A quand au Bénin?

Continuer la lecture de « Le Burkina se dote d’un modèle "Reduce/Alive " »

Des accouchements à la lueur d’une bougie

Au Bénin, comme dans de nombreux pays d’Afrique, les dispensaires de plusieurs villages risquent de fermer. Parce que les locaux et les équipements médicaux ne répondent plus. Le diagnostic est alarmant : insuffisance de personnel médical, vétusté des locaux, manque de moyens de transports, d’adduction en eau potable, en électricité et le téléphone. Et la liste n’est pas exhaustive! Certains centres sont dans le dénuement total.

Au Bénin, comme dans de nombreux pays d’Afrique, les dispensaires de plusieurs villages risquent de fermer. Parce que les locaux et les équipements médicaux ne répondent plus. Le diagnostic est alarmant : insuffisance de personnel médical, vétusté des locaux, manque de moyens de transports, d’adduction en eau potable, en électricité et le téléphone. Et la liste n’est pas exhaustive! Certains centres sont dans le dénuement total.

Continuer la lecture de « Des accouchements à la lueur d’une bougie »

Les visages de la pauvreté

Plus de un milliard d’habitants de la planète vivent de moins de un dollar par jour et en total 2,7 milliards s’efforcent de survivre avec moins de deux dollars par jour. Toutefois, la pauvreté dans le monde en développement va bien au-delà de la pauvreté monétaire. Elle signifie devoir marcher plus de deux kilomètres tous les jours, puiser de l’eau et ramasser du bois de chauffe; elle signifie être victime de maladies éliminées depuis des décennies dans les pays riches. Chaque année, 11 millions d’enfants meurent (pour la plupart âgés de moins de 5 ans) et, pour plus de six millions, de maladies parfaitement évitables comme le paludisme, la diarrhée et la pneumonie.

Dans certains pays parmi les plus pauvres, moins de la moitié de enfants fréquentent l’école primaire et moins de 20% l’école secondaire. Au niveau planétaire, 114 millions d’enfants au total ne reçoivent même pas un enseignement élémentaire et 584 millions de femmes sont illettrées.

Plus de un milliard d’habitants de la planète vivent de moins de un dollar par jour et en total 2,7 milliards s’efforcent de survivre avec moins de deux dollars par jour. Toutefois, la pauvreté dans le monde en développement va bien au-delà de la pauvreté monétaire. Elle signifie devoir marcher plus de deux kilomètres tous les jours, puiser de l’eau et ramasser du bois de chauffe; elle signifie être victime de maladies éliminées depuis des décennies dans les pays riches. Chaque année, 11 millions d’enfants meurent (pour la plupart âgés de moins de 5 ans) et, pour plus de six millions, de maladies parfaitement évitables comme le paludisme, la diarrhée et la pneumonie.

Dans certains pays parmi les plus pauvres, moins de la moitié de enfants fréquentent l’école primaire et moins de 20% l’école secondaire. Au niveau planétaire, 114 millions d’enfants au total ne reçoivent même pas un enseignement élémentaire et 584 millions de femmes sont illettrées.

Continuer la lecture de « Les visages de la pauvreté »

Objectifs atteints pour le Téléthon 2005

Le ministère de la santé publique du Bénin a collecté plus de 162 millions FCFA lors de l’opération “Téléthon”, qui s’est déroulée tout le mois de juillet. La mobilisation doit cependant se poursuivre pour apporter un appui significatif aux malades du Sida, du paludisme et de la tuberculose.

La ministre de la santé publique, le professeur Dorothée Akoko K. Gazard peut se féliciter, les objectifs du “Mois de solidarité” sont atteints à plus de 150%!

Ce fonds semble insuffisant face aux nombreux besoins, soit acheter 1 100 000 moustiquaires à distribuer aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans, payer des anti-rétroviraux pour la prise en charge des personnes vivant avec le VIH, se procurer des antibiotiques pour soulager les malades de la tuberculose. C’est pourquoi la sensibilisation et la mobilisation doivent se poursuivre. Seule une prise de conscience amènera chacun à savoir que son apport, quel qu’il soit, est un plus dans la mobilisation contre les maladies qui continuent de défier la science et par delà, l’humanité toute entière.

Semaine du baccalauréat au Bénin

Lundi matin 8 Août a eu lieu au lancement des épreuves du baccalauréat 2005. Ces examens de fin d’année concernent 40193 candidats.

Le ministre des Enseignements primaire et secondaire Rafiatou KARIMOU, et celui de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Osséni Kèmoko BAGNAN, se sont rendus dans différents lycées pour encourager les candidats et les “inviter à la sérénité et à la concentration”.

Quelques anomalies ont cependant été relevées. A Porto-Novo, l’épreuve de mathématiques prévue pour mercredi, a été distribuée par mégarde aux candidats avant d’être rattrapée et retirée du circuit, avec la promesse qu’elle sera remplacée. Autre anomalie, le sujet de contraction de texte, sur l’épreuve de français, était incomplet, et ce sur toutes les épreuves distribuées dans le pays.

Rappelons qu’il y a quelques semaines, les locaux de l’Office du baccalauréat et du BTS avaient subi un incendie qui a tout détruit sur son passage.

On espère que ces anomalies ne seront pas de nature à faire annuler l’examen et on souhaite bon courage à tous les lycéens du Bénin.