Missions humanitaires de l’été 2006

Compte-tenu d’un début d’année chargé pour Vidome, nous repoussons la date limite d’envoi des candidatures au 20 février 2006.

L’association Vidome organise 4 missions humanitaires cet été:

  • 1 mission d’enseignement et d’animation au mois de juillet 2006 (4 bénévoles)
  • 1 mission médicale (formation et information) au mois de juillet 2006 (2 bénévoles)
  • 1 mission d’enseignement et d’animation au mois d’août 2006 (4 bénévoles)
  • 1 mission médicale (formation et information) au mois d’août 2006 (2 bénévoles)

Nous vous rappelons que le descriptif précis des missions scolaires et d’animation et des missions médicales ainsi que des renseignements sur le coût et les modalités pratiques de préparation de ces missions sont accessible sur le site de l’association.

Dans la rubrique documents, n’hésitez pas aussi à consulter les rapports des missions d’enseignement et d’animation des années précédentes.

A très bientôt.

L’équipe de Vidome

Les livres et le Bénin

Le livre est l’outil du progrès : il donne accès au savoir, à la liberté et à la paix. Il donne une chance à l’humanisation du monde. Qu’en est-il au Bénin ?

Séance de lecture lors d'une mission au bénin Selon le chercheur et professeur à l’Université Nationale du Bénin, Jean-Euloge Gbaguidi, parler du livre revient avant tout à parler de l’histoire de l’institution scolaire au Dahomey, devenu Bénin. Tout le processus littéraire n’est rien d’autre que la conséquence de la scolarisation. L’école béninoise a environ 1 siècle et demi. Pourtant elle n’est pas parvenue à faire entrer le livre dans le quotidien des gens. Et ce à cause de la perception qu’a le Béninois du livre : Le livre est considéré comme un intrus, un objet ennuyeux. Rares sont les personnes qui l’offriraient comme cadeau. Il est souvent utilisé comme moyen d’ascension sociale, pour préparer un diplôme par exemple, et non comme moyen d’épanouissement personnel et d’évasion. Dans le monde non-scolarisé, le livre est vu comme un objet diabolique et coûteux, appartenant aux peuples qui ont dominé l’homme noir pendant des siècles.

Le livre est l’outil du progrès : il donne accès au savoir, à la liberté et à la paix. Il donne une chance à l’humanisation du monde. Qu’en est-il au Bénin ?

Séance de lecture lors d'une mission au bénin Selon le chercheur et professeur à l’Université Nationale du Bénin, Jean-Euloge Gbaguidi, parler du livre revient avant tout à parler de l’histoire de l’institution scolaire au Dahomey, devenu Bénin. Tout le processus littéraire n’est rien d’autre que la conséquence de la scolarisation. L’école béninoise a environ 1 siècle et demi. Pourtant elle n’est pas parvenue à faire entrer le livre dans le quotidien des gens. Et ce à cause de la perception qu’a le Béninois du livre : Le livre est considéré comme un intrus, un objet ennuyeux. Rares sont les personnes qui l’offriraient comme cadeau. Il est souvent utilisé comme moyen d’ascension sociale, pour préparer un diplôme par exemple, et non comme moyen d’épanouissement personnel et d’évasion. Dans le monde non-scolarisé, le livre est vu comme un objet diabolique et coûteux, appartenant aux peuples qui ont dominé l’homme noir pendant des siècles.

Continuer la lecture de « Les livres et le Bénin »

Le Bookcrossing

Le bookcrossing ou le livre voyageurVous connaissez ?

C’est un concept basé sur le partage de la lecture via des “livres voyageurs”.

Aurélie, une jeune internaute française et membre du bookcrossing, nous a contacté pour développer ce concept au bénin. Son projet est vraiment original, et nous la soutenons à 100%. D’ailleurs, les premiers livres ont été envoyés à Kokoro pour commencer leur long voyage… Encore toutes nos félicitations!

Aurélie nous raconte comment tout a commencé:

J’ai découvert le phénomène alors que j’étais dans un train : sur le siège devant moi était assis, seul, un livre. Etrange… quelqu’un l’aurait-il oublié ? Et puis tiens ! Comme par hasard c’est le dernier Dan Brown que je comptais acheter ! Avec un léger sentiment de culpabilité, je m’en empare, m’assurant que personne ne zieutait par là… et puis je découvre l’étiquette collée sur la couverture :

Bonjour ! Tu viens de me trouver !
Je ne suis pas abandonné, je suis un livre qui voyage de mains en mains.
Lis moi et relâche moi dans un endroit public pour que quelqu’un d’autre fasse à son tour ma connaissance !
Pour savoir d’où je viens et qui m’a lu avant toi, tu peux te connecter sur :
http://bookcrossingfrance.apinc.org/
Et surtout donne tes impressions, ton opinion sur moi!

Idée géniale et surprenante, me voilà membre ! Je lâche souvent dans ma ville des livres, ceux que j’ai aimé et qui prennent la poussière dans ma bibliothèque, ou ceux dont je ne me sers plus. Cinémas, bars, bancs, jardins, boîtes aux lettres… tous les lieux sont bons pour déposer un livre ! On peut aussi participer, par le site Internet, à des chaînes et des échanges de livres entre inscrits. Il y a tant de choses à faire pour partager le goût de la lecture !

Le bookcrossing a été lancé aux Etats-Unis en 2001 et a commencé en France en 2003. Le défi est de répandre les livres voyageurs dans le monde entier. J’ai choisi le bénin, en envoyant 3 livres au CAEB (Centre des Activités Educatives du Bénin) à Abomey, et 3 autres au village de Kokoro. J’espère qu’ils arriveront à destination ! Ce n’est que le début de leur aventure…

Pour ceux que ça intéresse, le site : bookcrossing.com et le site miroir francophone : http://bookcrossingfrance.apinc.org/ Au début c’est un peu compliqué parce que c’est en anglais et qu’il y a un vocabulaire spécifique de base à assimiler, mais quand c’est parti on ne s’arrête plus… !

N’hésitez pas à me contacter par mail si vous avez des commentaires ou besoin d’aide : nata_8882*at*hotmail.com